GP Malaisie 2017 – Le SAV des qualifications, en direct

A 20h30, samedi 30 septembre 2017, retrouvez en direct notre émission sur le début de week-end du GP de Malaisie et dont le podcast sera disponible dans la foulée. Nous reviendrons donc sur les essais-libres et les qualifications, dont la pole est signée par Lewis Hamilton (Mercedes) qui devance Kimi Raïkkönen (Ferrari) et Max Verstappen (Red Bull – TAG Heuer). En attendant, voici notre Top/Flop des essais libres !

Les Tops

Ferrari / Red Bull : même s’il est toujours compliqué de comprendre une hiérarchie en regardant les essais libres, les deux écuries ont été largement plus convaincantes qu’attendues sur un tracé où Mercedes devait dominer. Ferrari semble avoir apporté des évolutions qui ont porté leurs fruits, ce qui leur permet de voir venir et de patienter un peu pour introduire le nouveau moteur sans trop y perdre. Le souci de Vettel en EL3 est une alerte qui est toutefois tombée au mauvais moment, car mieux vaut avoir ce type de soucis les vendredis… Quant à Red Bull, que dire si ce n’est que l’écurie est souvent au rendez-vous quand il s’agit de faire évoluer ses monoplaces dans le bon sens.

Gasly : alors évidemment, on va me dire « ouais, tout de suite, un Français en plus, boum on sort le clairon et on balance des cocoricos partout ». Et ça serait un peu injuste car globalement, le week-end du Normand (je suis obligé de dire qu’il est normand, c’est contractuel) a bien débuté et, bien qu’il soit difficile de connaître les programmes des uns et des autres, même au sein d’une écurie, il n’a jamais semblé être perdu dans ce milieu qui ne lui est de toute façon pas inconnu. C’est toute de même une première en compétition et pour le moment, les choses se passent bien, un très bon point au moment où son adaptabilité, ses retours et ses performances vont être scrutées par Red Bull. Attention toutefois : il faudra maintenir cela en qualifs, en course et dans une semaine, car la moindre erreur pourrait coûter cher dans cette « évaluation en vue de 2018 ».

Le circuit de Sepang : un mot, quand même, de cette magnifique piste. Personnellement, j’ai mis très longtemps avant d’en comprendre l’intérêt, obnubilé que j’ai été par ses grands espaces dans lesquels, en tant que téléspectateurs, je me perdais. Il a finalement fallu le jeu vidéo F1 2016 pour que je goûte aux joies de cette piste et au plaisir d’y rouler. Evidemment, ce n’est qu’un jeu, mais j’ai appris sur le tard à comprendre ses exigences, sa beauté, son style… Malheureusement, elle ne sera plus là à partir de l’an prochain et, sincèrement, la Malaisie va me manquer, mais je ne suis pas le seul dans ce cas.

Fab

Les Flops

La plaque d’égout du virage 13 du circuit de Sepang : sans taper trop fort sur un circuit qui a longtemps fixé les standards en discipline reine par sa modernité, disons que l’incident dont a été victime Romain Grosjean et ses conséquences ne donnent pas une très bonne image de l’organisation de la piste pour sa dernière année en F1, elle qui a toujours été perçue positivement aussi bien sur ses qualités sportives que d’installations. Evidemment, c’est un incident de parcours et évidemment c’est fort regrettable, reste que ce sont des choses qui ne doivent pas être prises à la légère car la mort n’est jamais aussi proche que quand ce sont des éléments extérieurs qui viennent jouer un rôle sur l’aire de jeu. Rappelons aussi que le MotoGP, entre autres, continuera d’y courir et, si l’effet d’une deux roues de 1000 cm3 sur une piste n’est pas le même que celui d’une Formule 1 version 2017, ce type de problèmes peut en revanche avoir des conséquences bien plus graves. Bref, un avertissement sans frais, sauf pour Haas.

Mercedes : on ne sait plus sur quel pied danser avec les W08. Tantôt archi-dominatrices dès les premiers essais, tantôt dans la lutte, tantôt dans les choux. A Sepang, la seule séance parlante du vendredi, les EL2, les a vues être reléguées à plus de 1,4 seconde du meilleur temps de Vettel, avec une assez grande instabilité et ses deux pilotes qui se sont offerts chacun une sortie de piste, sans trop graves conséquences. Le fait que la McLaren-Honda de Fernando Alonso les a devancées a montré qu’on n’a pas tout lâcher du côté des Flèches d’argent, qui se sont rapprochées à un peu plus d’une demi-seconde samedi matin.

Fab

Classement des qualifications
Pour plus d’infos et de chiffres sur les qualifications et les EL cliquez ici.

PPiloteEcurieQ1Q2Q3Tours
1HamiltonMercedes1:31.6051:30.9771:30.07618
2RäikkönenFerrari1:32.2591:30.9261:30.12114
3VerstappenRed Bull1:31.9201:30.9311:30.54112
4RicciardoRed Bull1:32.4161:31.0611:30.59516
5BottasMercedes1:32.2541:30.8031:30.75817
6OconForce India1:32.5271:31.6511:31.47817
7VandoorneMcLaren1:32.8381:31.8481:31.58218
8HulkenbergRenault1:32.5861:31.7781:31.60717
9PérezForce India1:32.7681:31.4841:31.65818
10AlonsoMcLaren1:33.0491:32.0101:31.70417
11MassaWilliams1:32.2671:32.03412
12PalmerRenault1:32.5761:32.10014
13StrollWilliams1:33.0001:32.30714
14SainzToro Rosso1:32.6501:32.40214
15GaslyToro Rosso1:32.5471:32.55814
16GrosjeanHaas1:33.3088
17MagnussenHaas1:33.4346
18WehrleinSauber1:33.4839
19EricssonSauber1:33.9709
20VettelFerrariPas de temps2

 

 

One Comment

Répondre à ZeCrusher Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.