Forza Rossa, Notre-Dame et Graz : l’info en vrac avant Montréal

Le SAV
Le SAV
Forza Rossa, Notre-Dame et Graz : l'info en vrac avant Montréal
/

Avant le Grand Prix du Canada, l’équipe du SAV de la F1 revient sur les principales actualités du paddock.

Haas passe son tour, Forza Rossa attend le sien

Auprès du magazine Forbes, Gene Haas a donné des précisions autour de sa future écurie de Formule 1, la plus importante étant que son entrée en compétition ne se ferait pas avant 2016 : « Absolument, le plan est de démarrer en 2016, et nous sommes entièrement engagés dans cette voie. Je ne pense pas qu’il y ait le moindre doute. Je pense que nous serons une meilleure écurie parce que nous aurons plus de temps pour nous organiser et nous serons capables de faire bien plus d’ingénierie à Kannapolis [le siège de l’écurie dans la banlieue de Charlotte en Caroline du Nord, ndlr]. […] D’un point de vue personnel, j’aurais vraiment aimé courir en 2015. Ce fut dur d’être dans ma position et de dire non. Croyez-moi, je voulais vraiment y aller. Le première année se révèlera toujours difficile, mais je pense qu’en attendant un an, nous n’aurons probablement que six mois vraiment durs parce que nous serons mieux préparés. »

Du point de vue de l’organisation, Haas affirme qu’outre son quartier général américain, qui devrait être opérationnel d’ici deux mois, il a dû renoncer à une base autour de Milan pour des raisons fiscales et qu’il doit se tourner vers d’autres solutions : « Nous avions un planning et il semble que toutes les étapes étaient reportées, quelle qu’en soit la raison, d’environ un mois. Le dernier report était dû au fait que nous envisagions d’ouvrir un atelier à Milan, et puis les comptables ont rétorqué qu’on ne pourrait pas parce que cela créerait une présence fiscale, cela commençait donc à devenir tordu. Nous avons décidé qu’il serait mieux d’être sûr à 100% que nous courrions plutôt que se précipiter et ne pas courir. Notre plan est d’avoir l’aéro à Charlotte et le travail sur le moteur en Europe. Nous envisageons toujours d’avoir un atelier en Europe. L’Angleterre serait peut-être l’endroit où aller parce que c’est ici que la majeure partie des écuries de F1 sont. Nous ne pouvons rien faire en Italie à cause de la présence fiscale mais la F1 elle-même est dans le sud de l’Angleterre donc c’est un site potentiel. »

En attendant Haas, la Formule 1 pourrait bel et bien compter une nouvelle écurie dans ses rangs dès 2015. En effet, lors de l’officialisation du projet américain, la Fédération Internationale de l’Automobile avait confirmé qu’elle évaluait une autre candidature. Cette dernière, emmenée semble-t-il par Colin Kolles et labellisée Forza Rossa – du nom d’un importateur Ferrari en Roumanie -, pourrait se voir donner le feu vert pour participer au championnat du monde. Plusieurs médias croient en effet savoir qu’une lettre d’intention a été adressée par la FIA à Forza Rossa Racing : « Le projet d’un groupe roumain pour rejoindre les grilles de Formule 1 avec une nouvelle écurie, dès l’année prochaine, semble avoir reçu l’approbation de la FIA, » rapporte ainsi Autosport. Une information qui reste cependant à conjuguer au conditionnel dans l’attente de l’officialisation par la FIA ou par Ion Bazac, ministre de la santé en Roumanie et propriétaire de Forza Rossa, lui-même.

Le Grand Prix du Canada dans l’expectative ?

Le Grand Prix du Canada figurera-t-il encore au calendrier en 2015 ? Alors que le Grand Barnum de la Formule 1 pose ce week-end ses valises sur l’île Notre-Dame, la question se pose car le contrat arrive à échéance cette année et que le nouveau bail de dix ans n’a toujours pas été signé : « J’ai hâte qu’on règle la question pour les 10 prochaines années, » confie Denis Coderre, le maire de Montréal, au journal La Presse, voulant malgré tout se montrer rassurant. « Les choses vont bien. En temps et lieu, on va faire les annonces. Mais tout le monde se parle, ça avance très bien. […] J’ai l’intention d’annoncer des choses incessamment, il faut laisser le temps au temps. »

Portant jusqu’à 2024 et se conditionnant à des travaux de rénovation du circuit estimés entre 25 et 40 millions de dollars, le contrat, d’un montant de 15 millions de dollars indexé de 4% chaque année au bénéfice de la FOM, n’attendrait plus que la signature d’une entente entre les gouvernements fédéral et provincial, la ville de Québec et l’office de tourisme de Montréal quant au financement de l’épreuve. Sans cet accord, point de Grand Prix du Canada, or, si les discussions durent depuis maintenant deux ans, les multiples changements politiques ralentissent le processus. En effet, en à peine deux ans, le Gouvernement Provincial a changé deux fois de mains alors que, dans le même temps, Montréal a vu quatre maires différents se succéder à l’Hôtel de Ville. Dans une lettre envoyée à La Presse, François Dumontier, promoteur de l’épreuve, se veut cependant rassurant : « Toutes les parties impliquées poursuivent les discussions et j’aime à penser qu’une annonce sera faite bientôt. »

Avant de se tourner vers 2015, l’organisation du Grand Prix du Canada doit surtout faire oublier une épreuve 2013 qui avait été marquée par le décès, après course, d’un commissaire de piste passé sous les roues de la grue chargée d’évacuer la Sauber accidentée de Gutiérrez. En effet, un rapport publié par la Commission de la Santé et de la Sécurité au Travail (CSST) en novembre dernier avait jugé que « la gestion de la santé et de la sécurité est déficiente, notamment en ce qui concerne l’identification des risques, l’évaluation des compétences des travailleurs de piste et la formation et l’entraînement des conducteurs de chariots élévateurs ». En effet, si les organismes formateurs ne sont pas dans l’obligation d’attester de la formation effective des conducteurs d’engins, il s’est avéré que certains d’entre eux n’avaient purement et simplement pas suivi de formation, à commencer par le conducteur du chariot élévateur impliqué dans l’incident. D’autres manquements ont cependant été identifiés par la CSST qui a formulé quatre recommandations au promoteur de l’évènement, Octane Management, et à l’Automobile Club de l’île Notre-Dame. Marie-France Vanette, porte-parole de la CSST, assure, dans des propos rapportées par La Presse, que tous les conducteurs en poste à Montréal auront dûment été formés et n’écartait pas la possibilité pour la CSST d’envoyer des inspecteurs s’assurer, durant le week-end, que les procédures seront correctement appliquées.

Red Bull et Toro Rosso : du banc d’essais au banc d’accusé !

C’est par une lettre anonyme envoyée de Suisse et adressée à la FIA, Mercedes, Ferrari et Sauber que le potentiel scandale arrive : une écurie Red Bull, rapport le Bild, aurait en effet procédé, conjointement avec Renault, à des essais d’une durée du six jours, avant le Grand Prix d’Australie, dans les locaux de la société AVL, situés à Graz. Spécialisée dans le développement moteur, la simulation et les essais, la compagnie AVL propose notamment de faire des essais sur un tapis roulant, l’occasion pour Renault de mettre à l’épreuve son V6 Turbo – alors à la peine sur les pistes de Jérez et Sakhir – intégré directement dans un châssis.

Rapidement, la thèse d’essais menés par Renault et l’une des écuries Red Bull a été corroborée par la présence d’Antonio Felix Da Costa en Autriche, comme le révélait lui-même le pilote d’essais Red Bull sur Twitter, le 6 mars dernier : « Et c’est reparti, c’est fois-ci pour un voyage de cinq jours en Autriche ! #RedBull ».

S’ils venaient à être confirmés, ces essais nécessiteraient cependant une clarification de la part de la FIA, dans la mesure où, s’ils ont été effectués avec une voiture de la règlementation en cours, ils n’ont pas eu lieu sur piste et ne peuvent pas être assimilés à des tests aérodynamiques qui, eux, sont clairement encadrés et limités par règlementation. De plus, il reste également à savoir si, comme cela a pu être le cas par le passé, la FIA n’a pas été consultée quant à la validité de tels essais. En attendant, Renault et Red Bull refusent tout commentaire.

L’équipe du SAV de la F1 est revenue sur ces différentes actualités mais aussi sur :

  • La réconciliation entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg
  • La recherche de nouveaux partenaires financiers par Caterham
  • Le développement d’un nouveau débitmètre
  • Les déclarations d’Helmut Marko concernant Renault
5 Comments

Répondre à Vek Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.