Ferrari, radio et Super Licence : l’actu en vrac avant Singapour

Le SAV
Le SAV
Ferrari, radio et Super Licence : l'actu en vrac avant Singapour
/

L’équipe du SAV de la F1 est revenue, dans une émission en direct, sur l’actualité F1 de la semaine écoulée et notamment sur le remplacement de Luca di Montezemolo par Sergio Marchionne à la tête de Ferrari.

Marchionne détrône Di Montezemolo chez Ferrari

Sergio Marchionne détrône Luca di Montezemolo chez Ferrari

Après 23 ans de bons et loyaux services pour son retour à Maranello, Luca di Montezemolo va céder sa place à la tête de Ferrari à Sergio Marchionne, l’actuel PDG de FIAT – entre autres. Le fantasque italien, qui laissera officiellement son poste une fois l’introduction du Groupe FIAT-Chrysler Automobiles à Wall Street réalisée en octobre, paye les désaccords avec son futur successeur : « En tant que Président de Ferrari, il a mené la compagnie vers un niveau d’excellence technique et organisationnelle sans précédent qui a amené des résultats financiers remarquables, » a déclaré Marchionne dans un communiqué. « Luca et moi avons discuté du futur de Ferrari en longueur. Et notre désir mutuel de voir Ferrari atteindre son réel potentiel sur la piste a mené à des incompréhensions qui sont clairement devenues visibles au long du week-end dernier [lors du Grand Prix d’Italie, ndlr]. Je veux remercier Luca pour tout ce qu’il a fait pour FIAT, pour Ferrari et pour moi personnellement. »

De son côté, et dans un communiqué séparé, le futur ex-Président de Ferrari a adressé « [ses] remerciements, en tout premier lieu, aux femmes et aux hommes de l’usine Ferrari, des bureaux, des circuits et des concessions à travers le monde » : « Ils ont été les vrais architectes de la croissance spectaculaire de l’entreprise, de ses nombreuses victoires inoubliables et de sa transformation en l’une des marques les plus fortes au monde. » Et de conclure : « Je souhaite aux actionnaires, et particulièrement à Piero Ferrari qui a toujours été à mes côtés, et à chacun dans la compagnie, les années supplémentaires de succès que Ferrari mérite. »

Tout n’est pas perdu pour Montezemolo car, selon plusieurs sources, il reste en lice pour prendre la tête de la compagnie aérienne Alitalia. Mais surtout, comme le précise un communiqué publié par FIAT, il encaissera en partant une somme d’environ 27 millions d’euros : « M. Montezemolo recevra l’indemnité post-mandat qui lui a été accordée en 2003 et qui est décrite dans le Rapport de Rémunération publié par la Compagnie (équivalent à 5 fois la compensation annuelle fixe de 2.742.000 €, c’est-à-dire un total de 13.710.000 €, payable en 20 ans. De plus, en considération de son engagement de ne pas s’impliquer dans des activités en compétition avec le Groupe FIAT dans la période courant jusqu’en mars 2017, M. Montezemolo recevra les parts fixe et variable de la compensation due jusqu’à cette date, totalisant 13.253.000 €, devant être versés avant le 31 janvier 2015. »

Silence radio à Singapour

Silence radio à Singapour

« Si j’avais quelque chose de négatif à retenir contre la Formule 1 moderne, ce serait vraisemblablement les messages radios. […] Ces messages sont très négatifs parce que même si ce n’est pas complètement vrai, les gens pensent que la Formule 1 est devenue un sport avec trop d’assistance, facile à contrôler par quelqu’un d’autre que le pilote. » C’est en ces termes qu’Alain Prost commentait la volonté de la FIA de restreindre les communications radios entre le pilote et le muret des stands.

C’est en effet par une directive technique adressée aux écuries de Formule 1 et en vertu de l’article 20.1 du règlement sportif, qui stipule que les pilotes doivent « contrôler la voiture seuls et sans assistance », que la FIA a décidé d’interdire certaines conversations radios : « Afin de s’assurer que l’article 20.1 du règlement sportif de la F1 soit respecté en tout temps, la FIA entend renforcer la règlementation de façon rigoureuse avec effet immédiat. Par conséquent, plus aucune conversation radio entre le muret des stands et le pilote ne pourra inclure d’information liée à la performance de la voiture ou du pilote. La FIA rappelle également que la transmission de données depuis le muret des stands vers la voiture est également interdite en vertu de l’article 8.5.2 de la règlementation technique. »

Face à la crainte émise de voir (re)surgir les messages codés, la FIA a également précisé que de tels messages entraient en infraction avec l’article 20.1 du règlement sportif et a agité le spectre de sanctions qui ne se limiteront pas à une simple tape sur la main : « La décision appartiendra aux commissaires mais il est probable que ce soit davantage une pénalité sportive que financière. »

Autosport donne ainsi une liste indicative de ce qui sera ou ne sera plus autorisé à la radio dès ce week-end :

  • Il sera autorisé :
    • De dire à un pilote lorsqu’il est autorisé ou doit s’arrêter pour changer de pneus ;
    • De transmettre des consignes d’équipe pour dépasser ou laisser passer un coéquipier ;
    • D’avertir les pilotes concernant le trafic durant les qualifications et la course ;
    • D’avertir, par mesure de sécurité, la présence de drapeaux jaunes ou les situations dangereuses en piste.
  • Il sera prohibé :
    • D’informer le pilote des changements à apporter à sa voiture pour améliorer sa performance ;
    • D’informer le pilote sur sa consommation en carburant et sur la manière de gérer son rythme ;
    • D’informer le pilote sur sa propre performance et sur les possibilités d’améliorations ;
    • D’informer le pilote sur l’état de ses pneumatiques ;
    • D’informer le pilote sur la meilleure façon de négocier le tour de formation ou de réaliser le meilleur départ possible.

Une mesure qui vise donc à redonner plus de contrôle aux pilotes mais qui pourrait, dans le cadre d’une règlementation technique encore en rodage chez certaines écuries, aboutir à quelques – mauvaises ? – surprises.

La FIA dépoussière la Super Licence

La FIA dépoussière la Super Licence

Introduite en 1984 avec pour objectif de s’assurer que tout pilote participant à un Grand Prix ait montré les qualités requises pour concourir parmi l’élite, la Super Licence est le sésame indispensable à toute participation à un Grand Prix de Formule 1. En l’état, en vertu de l’article 5 du premier chapitre de l’Annexe L du Code Sportif International, les prétendants à un baquet de Formule 1 doivent disposer d’une licence de Grade A en cours de validité. Ils doivent ensuite satisfaire à l’une des cinq conditions suivantes :

  • Avoir pris le départ d’au moins 5 courses comptant pour le Championnat du Monde de Formule Un de la FIA pour Pilotes de l’année précédente, ou le départ d’au moins 15 courses au cours des trois années précédentes ;
  • Avoir précédemment détenu la Super Licence et avoir été le pilote d’essai attitré d’une équipe du Championnat du Monde de F1 au cours de l’année précédente ;
  • Avoir été classé, au cours des deux années précédentes, parmi les 3 premiers du classement final : du Championnat de F2 ou du Trophée International de F3 ou de la Série GP2 ou de la GP2 Asia Series ou du Championnat Japonais F/Nippon ;
  • Avoir été classé parmi les 4 premiers du classement final de la Série Indycar IRL au cours des deux années précédentes ;
  • Être le champion en cours de la Formula 3 Euro Series, de l’un des championnats nationaux de F1 (Grande-Bretagne, Italie, Japon, Espagne) ou de la World Series F/Renault V6 ;
  • Être considéré par la FIA comme ayant fait preuve régulièrement de capacités exceptionnelles dans des voitures de formule monoplace, mais sans avoir pu se qualifier conformément aux points c) à e) ci-dessus. Dans ce cas, l’équipe de F1 concernée doit démontrer que le candidat a conduit de manière constante une voiture de la Formule Un en vigueur sur au moins 300 km à une vitesse de course en l’espace de 2 jours au maximum, ceci étant réalisé pas plus de 90 jours avant la demande et certifié par l’ASN du pays où s’est déroulé l’essai.

De telles conditions auraient ainsi privé Roberto Merhi du baquet Caterham au Grand Prix d’Italie – même s’il fut autorisé à participer aux Essais Libres du vendredi matin – et devraient permettre à Max Verstappen d’être aligné au départ du Grand Prix d’Australie 2015, malgré une expérience extrêmement limitée. Une situation à laquelle la FIA va réfléchir dans les prochaines semaines, comme le laisse entendre un communiqué publié par l’instance dirigeant : « Mandat a été donnée à la FIA de revoir les conditions d’accès à la Super Licence, en consultation avec toutes les parties concernées. Une proposition sera soumise à l’approbation du Conseil Mondial de décembre [2014] pour une entrée en vigueur dès 2016. »

Quels messages radios les écuries vont-elles désormais nous inventer ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
7 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.