Malaisie 2014 – Libres 1 : Hamilton devant, Lotus au plus bas

Malgré une sortie de piste en fin de séance, Lewis Hamilton (Mercedes) a signé le meilleur temps des premiers essais à Sepang. Il devance Kimi Räikkonen (Ferrari) et son coéquipier Nico Rosberg. La situation est toujours aussi catastrophique pour Lotus, les deux voitures ayant connu des ennuis mécaniques leur empêchant de signer le moindre chrono.

Le classement

Le classement

 PiloteÉcurieTempsTours
1HamiltonMercedes1:40.69119
2RäikkönenFerrari1:40.84320
3RosbergMercedes1:41.02819
4ButtonMcLaren-Mercedes1:41.11120
5MagnussenMcLaren-Mercedes1:41.27418
6VergneToro Rosso-Renault1:41.40215
7VettelRed Bull-Renault1:41.5239
8HülkenbergForce India-Mercedes1:41.64219
9MassaWilliams-Mercedes1:41.68623
10BottasWilliams-Mercedes1:41.83022
11AlonsoFerrari1:41.92314
12RicciardoRed Bull-Renault1:42.11720
13SutilSauber-Ferrari1:42.36521
14KvyatToro Rosso-Renault1:42.86921
15GutiérrezSauber-Ferrari1:42.90423
16BianchiMarussia-Ferrari1:43.82518
17EricssonCaterham-Renault1:45.77524
18ChiltonMarussia-Ferrari1:46.91110
19KobayashiCaterham-Renault1:51.1805
20PérezForce India-MercedesPas de temps2
21MaldonadoLotus-RenaultPas de temps2
22GrosjeanLotus-RenaultPas de temps4
Les faits marquants

Les faits marquants

Grandes favorites en ce début de saison, les Mercedes ont été au rendez-vous de ces premiers essais libres du Grand Prix de Malaisie 2014. Dans le sauna malaisien (29°C dans l’air, 37°C sur la piste et 68 % d’humidité), Lewis Hamilton (Mercedes) a signé le meilleur temps en 1:40.691 (Durs), devant Kimi Räikkönen (Ferrari, 1:40.843, Durs) et son équipier Nico Rosberg (1:41.028, Durs).

Une session qui s’est déroulée dans la continuité du Grand Prix d’Australie, les monoplaces 2014 étant toujours aussi piégeuses. Beaucoup ont connu de grandes difficultés sur les freins – les nombreux freinages en appui n’aidant pas -, les spécialistes du genre étant Kimi Räikkönen, Jean-Eric Vergne (Toro Rosso-Renault) ou encore Nico Hülkenberg (Force India-Mercedes). D’autres ont même tâté des bas-côtés, sans dommage, comme Adrian Sutil (Sauber-Ferrari), piégé par une entrée des stands traîtresse, Fernando Alonso (Ferrari), en glissade irrécupérable dans le virage 8, Felipe Massa (Williams-Mercedes), le sous-virage l’envoyant sur le vibreur de cette même courbe, tête-à-queue à la clé, et même Lewis Hamilton, surpris par les résidus de gomme le rejetant sur le trottoir à l’entrée du virage 11.

Mais le plus grand trait d’union entre Melbourne est Sepang est la situation de l’écurie Lotus, qui est toujours aussi précaire. Après les traditionnels tours d’installation, Romain Grosjean a dû s’immobiliser en sortie de virage 9 dès le tour de sortie des stands de sa première réelle tentative, 25 minutes après le début de la séance. Une fois l’E22 ramenée aux stands, le Franco-Suisse a pu renouveler l’expérience à 10 minutes du drapeau à damier, sans toutefois parvenir à signer un temps. Situation similaire pour son compagnon d’infortune Pastor Maldonado, beaucoup de travail ayant été effectué entre le tour d’installation et sa première sortie réelle, à 20 minute du terme, qui s’est terminée avec de la fumée et une consigne d’arrêter son moteur. Sur son élan, le Vénézuélien est parvenu à rejoindre l’entrée de la voie des stands où il a pu se faire pousser par les commissaires puis ses mécaniciens pour rejoindre son garage. Au micro de Canal+, le porteur – prémonitoire ? – du numéro 13 a évoqué un problème de turbo. Tout cela s’est soldé par un bilan accablant de seulement 6 tours, dont aucun n’a mené sur une référence chronométrique.

À noter enfin que Kevin Magnussen (McLaren-Mercedes) a lui aussi connu une alerte après 55 minutes de roulage, ayant coupé son moteur après avoir rapporté à son écurie une perte de puissance. Le débutant, lui aussi poussé dans la ligne des stands, a tout de même pu reprendre la piste par la suite, contrairement à Sergio Pérez (Force India-Mercedes), qui n’a pu ressortir après ses tours d’installation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.