Les week-ends idéaux de la famille

Alors que nous ne sommes plus qu’à deux semaines du premier GP de la saison (OUI ça revient enfin !), notre chère qualification connait actuellement des heures bien indécises. Le format proposé divise les acteurs et observateurs de la discipline et s’inscrit dans un débat plus global : le format des week-ends.

Et comme deux semaines c’est toujours trop quand il s’agit d’attendre la Formule 1, le SAV vous fait patienter avec un peu de lecture. Ainsi, après vous avoir proposé nos « Dream Team », voici nos « Dream Weekend Format » (désolé, ça claque mieux en anglais).

Précision : les horaires proposés sont basés sur un week-end européen classique.

Bilo

Selon moi il faudrait de l’enjeu sur les trois jours du week-end. Avoir du spectacle dès le vendredi serait un bon point pour les spectateurs mais aussi pour les pilotes, compétiteurs avant tout.

Vendredi

  • Tirage au sort pour les grilles des mini-courses.
  • Une heure d’essais libres le matin.
  • 1ère mini-course l’après-midi.

Je propose une réduction des essais libres pour laisser place à l’incertitude. On a vu fin 2015 que la suppression des EL n’empêchait de toute façon pas les équipes d’être performantes, donc autant supprimer le roulage inutile.

Samedi

  • 2nde mini-course le matin.
  • Qualifications revisitées définissant la grille pour la course du dimanche : 14h00.

Dimanche

  • Course inchangée (305/310 km) : 14h00.

Sur cette base, je proposerais une compétition supplémentaire : deux mini-courses, chacune égale à 25% (ou moins) de la distance normale du GP (environ une quinzaine de tours chacune, donc) :
– tirage au sort des pilotes pour la position sur la grille de la 1ère mini-course, sachant qu’ils partiraient dans l’exact ordre inverse lors de la 2nde mini-course. A chaque fois, le but est évidemment d’être le mieux classé.
– car à la fin des deux manches, on calculerait la moyenne des positions finales de chaque pilote. Exemple : un pilote termine 5e de la 1ère manche puis 13e de la 2nde manche. Position moyenne : 9. Si deux pilotes sont à égalité, celui qui a gagné le plus de places au total est devant. Suite à ce classement de positions moyennes, on attribue des points qui comptent pour le championnat. Ce barème serait moindre par rapport à la vraie course du dimanche. Peut-être 10/9/8/7/6/5/4/3/2/1.

Cette compétition ne serait injuste pour personne puisque c’est bien la position moyenne des deux arrivées qui compte. Elle aurait le mérite de :
– proposer du spectacle puisqu’on retrouverait à coup sûr des cadors en milieu/fond de grille, et l’inverse, etc…
– pousser tous les pilotes à se battre dans le peloton.
Mais la F1 restant la F1, cette compétition ne doit pas prendre trop d’importance par rapport au vrai GP, d’où le faible barème.

Je changerais également les qualifs. La formule actuelle est bonne, mais le principal défaut pour moi est que les pilotes ont trop le droit à l’erreur. Il faudrait que tous les tours comptent. Les pilotes devraient enregistrer 3 tours de qualifs et seulement 3. Pour cela, il faudrait une qualif en trois parties de 15 minutes chacune. Les pilotes devront, dans chaque partie, signer un tour chrono et un seul. L’addition des trois tours détermine le classement et donc la grille de départ. Plusieurs avantages :
– on reste dans l’esprit de la vitesse pure (pas de mini-course, réservoirs vides)
– pas de droit à l’erreur donc quelques surprises à prévoir
– sur chaque session de 15 minutes, les pilotes hésiteront entre avoir une piste nettoyée mais rencontrer des risques de trafic, et inversement.

Buchor

Vendredi :

  • EL : 2h le matin (dont 1h pour les 3èmes pilotes).
  • EL : 3h l’après-midi (dont 1h30 pour les 3èmes pilotes).

Avec la réduction des essais privés ces dernières années, les écuries n’ont plus que les vendredis pour développer leurs voitures. J’augmenterais donc un peu le temps de roulage ce jour-là. Cependant, les pilotes de réserve n’ayant que peu accès à du temps de roulage, j’imposerais qu’une partie de ce temps leur soit attribué. Les écuries ne voulant pas faire rouler leur pilote de réserve serait libre de ne pas rouler à ce moment-là.

Samedi :

  • EL : 2h le matin.
  • Qualifications l’après-midi.

Toujours un peu dans le même esprit, j’augmenterais légèrement le temps de roulage des essais du matin mais avec aucune contrainte de pilote afin de préparer au mieux les qualifications. Pour ces dernières, je ne toucherais pas au système actuel de Q1, Q2 et Q3 car il offre suffisamment d’incertitude par son processus d’élimination. A la limite, on pourrait jouer sur le nombre d’éliminés à la fin de Q1 et Q2 pour réduire légèrement le nombre de pilotes participants à la Q3.

Dimanche :

  • Course de « démonstration » le matin.
  • Course longue inchangée (305/310 km)

Ayant déjà augmenté le temps permettant de préparer la suite du week-end lors du vendredi, je consacrerais le dimanche uniquement à la course, en ce qui concerne les F1. En effet, le matin verrait l’introduction d’une course sprint de 20 ou 30 minutes durant laquelle les pilotes s’affronteraient au volant de voitures identiques. Cette course n’aurait aucune valeur au championnat et sa grille de départ serait tirée au sort.

Conclusion : Bien que j’aimerais condenser le planning sur 2 jours, il faut être réaliste et donner l’opportunité aux écuries de développer davantage leurs monoplaces. De plus, ce format a pour but aussi d’en donner plus aux spectateurs qui payent le prix fort pour venir voir ces pilotes stars et qui font vivre le sport.

David

Vendredi :

  • EL1 : 10h00-12h00
  • EL2 : 14h00-17h00

Le vendredi serait une journée réservé aux essais libres, je mets une heure de plus au total que ce dont on dispose actuellement.
On fait la moyenne des meilleurs temps des deux séances pour chaque pilote. Le top 12 serait directement qualifié pour Q2, le reste passera par un « rattrapage » en Q1.

Samedi :

  • Qualifications revisitées : 13h00-13h40
  • Course Sprint : 15h00-16h00 (125/150 km, environ 40min)

La qualif commencerait donc par la Q1 avec les 10 pilotes les moins rapides des essais libres. Seulement les 5 pilotes les plus rapides se qualifieraient pour la Q2. On a donc 17 pilotes pour la Q2, au bout de 10 minutes le top10 continu à rouler pour 10 minutes, les autres sont éliminés.
Au final par rapport à actuellement je fais peu de changement, je fusionne Q2 et Q3 en une seule séance, la Q1 est réservée aux pilotes les moins rapides des essais libres et la qualification directe en Q2 pour les pilotes les plus rapides aux essais.

La course sprint verrait une interdiction des pit stop (sauf en cas de crevaison ou autre problème qui nécessiterait une réparation) et un barème de points réadapté avec par exemple une victoire à 15 points. Le résultat de la cette course sprint servirait à établir la grille pour la course longue du dimanche

Dimanche :

  • Warm-up : 13h00-13h20
  • Course longue inchangée : 14h00 (305/310 km)

Dimanche, la seule modification est l’instauration d’un warm-up qui précède la mise en grille. Pas de changement sur la course principale.

Fab

Mon format idéal concentrerait le week-end de F1 sur deux jours, le samedi et le dimanche.

Samedi :

  • EL : 9h00-13h00
  • Qualifications : 15h00

Le samedi matin, se tiendrait l’unique séance d’essais libres d’une durée de quatre heures et dont la première heure serait réservée aux pilotes de réserve, d’essais, de développement.
Il est indispensable pour les équipes d’avoir du roulage à la fois pour le développement et la préparation. A elles d’utiliser ce temps au mieux, comme elles l’entendent, et qu’importe le fait qu’il y ait des temps morts, peu de roulage.
Le samedi après-midi (15h) se tiendrait la séance de qualifications. Le système mis en place serait celui du tour unique : les pilotes s’élancent chacun leur tour pour signer un seul tour chronométré. L’ordre de passage serait déterminé par tirage au sort intégral réalisé juste après les essais libres.
Si, pour une raison ou une autre, la qualification ne peut pas avoir lieu, c’est le meilleur temps signé par les pilotes titulaires au terme de la deuxième heure des essais libres qui permet d’établir une grille.

Dimanche :

  • Warm-up : 10h00-11h00
  • Course inchangée : 14h00 (305/310 km)
Jacky

Vendredi :

  • EL1 : 10h00-11h30
  • EL2 : 14h00-15h30

Samedi :

  • EL3 : 11h00-12h00
  • Qualifications : 14h00-15h00

Dimanche :

  • Course avec changement du système de chronométrage et du DRS : 14h00 (305/310 km)

Changer quoi dans le week-end pour rendre les courses passionnantes ? La réponse est à la fois simple et inapplicable. Il s’agit de changer l’ordre par rapport aux qualifs. Soit on mélange aléatoirement soit on part en grille inversé. Sauf que c’est de la F1, n’est-ce pas. Les meilleurs rateront leurs qualifications. Vous imaginez le spectacle ? Les tops teams qui roulent le plus lentement possible pour éviter de partir dernier. Le WRC a déjà montré que c’est incompréhensible. Du coup je me pose une autre question : quelle influence aura un changement dans le week-end d’un Grand-Prix sur la qualité d’une course ? J’ai du mal à imaginer que cela aurait une grande influence. Les séances telles qu’elles existent me plaisent, même si on peut déplorer que les spectateurs, viennent sur les GP de F1 pour les voir si peu rouler. Néanmoins si j’avais les pleins pouvoirs, voici ce que je ferais : changer la manière de chronométrer une course.

Prenons un exemple actuel pour illustrer mon propos. GP De Hongrie. Après une qualif acharnée un pilote fait la pole. La course se passe sous grand soleil. Pas un nuage pour gêner la course du leader, malgré 15 derniers tours où son second, 4ème au moment du départ, se montrerait partout dans ses rétros. Mais la Hongrie est la Hongrie, le poleman gagne la course en 1h53m5s058, avec son second à 3 dixièmes seulement. Dans un sport où l’aérodynamique a une importance telle, la distance entre 2 voitures doit être supérieure à 2 secondes pour ne pas subir d’influence, on pourrait presque dire, en provoquant, que le deuxième est le vainqueur moral. Jusqu’à présent une course est le fait d’arriver 1er après un nombre de tours. Et si nous faisions différemment ? Le 1er est celui qui met le moins de temps pour parcourir le nombre de tours, à partir de la ligne de départ. Le deuxième parti 4ème a fait les 70 tours en 1h53m4s820. Allons plus loin, et soustrayons ces 2 secondes de sillage et gène de la voiture suiveuse, et celui pour toutes les voitures à moins de 2s. Je ne sais pas si cela changerait beaucoup de courses où une équipe domine, mais cela forcerait les équipes à creuser l’écart.

Bien sûr cela ne suffirait pas. Je changerais aussi le DRS. Car aujourd’hui l’avantage donné pendant 1 ou 2 lignes droites pour recoller aux voitures à doubler, est trop important. Les voitures ne se doublent plus grâce au DRS, ils échangent leur position. Ce qui pour une course automobile est un non-sens. Pour continuer à compenser la perte d’appui par le sillage, le DRS serait toujours là, mais sous une autre forme. Il pourrait s’ouvrir partout sur le tour, et se fermerait sous 2 conditions. Dès qu’on appui sur le frein, et dès qu’on approchera trop près, par exemple à 3 dixième. Ainsi ces derniers dixièmes seraient vraiment à aller chercher, et également à défendre. Cela changera clairement la physionomie des courses, et l’approche des week-ends où il faudrait régler la voiture probablement. La qualification n’aurait plus une si grande importance. Mais comme je l’ai dit au début, pour changer durablement la F1, et la rendre attractive, comme elle l’était aux yeux de tous, il faudrait changer beaucoup plus que des virgules. L’aéro, la liberté sur les architectures des power-units, les coûts, la couverture média, les stands, les pneus, etc. Sans quoi même nous les fans, nous finirons par éteindre la télévision.

Jassem

Vendredi :

  • EL1 de 2h30 le matin
  • EL2 de 1h00 l’après-midi

La première séance d’essais libres, plus longue, consistera à préparer le grand prix. La seconde sera plutôt consacrée à la préparation des qualifs.

Samedi :

  • Qualifications : 14h00

La formule de la qualif serait un tour de chauffe suivi d’un tour en pleine charge. L’ordre de passage est l’inverse de la grille d’arrivée du grand prix précédent.

Ce système de qualif en grille inversée est fait pour « rééquilibrer » de façon pas trop injuste les équipes. Passer en premier sur une piste fraîche est plutôt difficile. Dans le cas de Mercedes, pas sûr qu’elle fasse autant de pôle que les deux dernières années. C’est pour moi la seule façon de tenter de rééquilibrer la hiérarchie, pendant les qualifs évidemment.

Dimanche :

  • Course inchangée : 14h00 (305/310 km)
Marco

Samedi :

  • EL1 : 1h30 le matin.
  • EL2 : 1h30 l’après-midi.

Dimanche :

  • Qualifications le matin, version 2015
  • Course inchangée : 14h00 (305/310 km)

La qualif le dimanche en fin de matinée et pas de changement pour la course. C’est long d’attendre jusqu’à 14h le départ le dimanche alors les qualifs en apéro, je trouve ça cool.

Quentin

Vendredi :

Cette journée ne contiendrait aucun roulage puisque le vendredi est souvent une journée très peu intéressante. Cependant j’ai conscience que, si moins de préparation pour une course n’est pas forcément une chose négative, sur l’ensemble de la saison ce manque d’essais peu manquer !

C’est pourquoi je propose une journée entière d’essais le lundi qui suit chaque week-end de course (les équipes étant déjà sur place), avec une plage horaire similaire à celle des essais de présaison (9h-13h/14h-18h) ou une plage horaire plus structurée comme un vendredi actuel par exemple.

Pour Monaco je pense que les essais libres sont utiles pour les pilotes donc je laisserais le roulage du jeudi et pour le 1er Grand-Prix de la saison un maintien du vendredi ne serait pas de trop non plus.

Samedi :

  • EL : 10h00-12h00
  • Qualifications : 14h00

Le système 2015 de qualifications me convenait très bien. Cependant j’arrive à comprendre l’intérêt de l’élimination à intervalle régulier et il me paraît même très intéressant. Mais dans la forme proposée par la FIA je ne le trouve assez adapté. Pour laisser plus de temps aux pilotes d’inscrire leur premier tour compétitif avant la première élimination il faudrait qu’à chaque élimination il y ait en fait 2 pilotes éliminés. Ainsi les éliminations pourraient commencer plus tard en Q1/2 et 3. Et sachant que sur 10 des 19 qualifications en 2015 le temps de la pole était supérieur à 1 minute 30, je mettrais 2 minutes entre chaque éliminations.

Pour les essais-libres je ne suis pas sûr que 2h soient assez, pourquoi ne pas monter jusqu’à 3 maximum.

Dimanche :

  • Course inchangée : 14h00 (305/310 km)

Lundi :

  • Journée d’essais privés après chaque week-end de course. (explication dans « Vendredi »)
Shinji

Vendredi :

  • Journée média, rencontre avec les fans.

Le vendredi on s’emmerde en F1 avec ses 3 heures d’essais privés, alors autant supprimer les séances d’essais libres pour laisser cette journée pour les autres formules du week-end. Par contre on pourrait pour compenser en faire une vraie journée média pour la F1 avec rencontre avec les fans, signatures et tout le toutim sur toute la journée.

Samedi :

  • EL de 2 ou 3h maximum le matin.
  • Qualifications revisitées ou non l’après-midi.

On compense le vendredi en faisant une grande séance d’essais libres samedi matin de disons, 2 heures, 3 heures grand max. C’est moins de temps d’essais, donc les équipes devront rouler, et tout est concentré sur une session.

Qualifications sur 1 heure, histoire d’avoir un vrai événement F1 quand même le samedi pour ceux qui viennent sur le circuit. Pour le format, j’aime l’équilibre qu’on avait trouvé en 2015 (snif), mais un retour à l’ancienne avec les 12 tours sur 1 heure (mais avec obligation de faire un minimum de tours, pour que les voitures ne se limitent pas à sortir à 5 minutes de la fin de la séance) pourrait être sympa.

Dimanche :

  • Course : 14h00.

Dimanche : Course unique dimanche après-midi, car cela doit rester le grand moment du week-end. Par contre on pourrait peut-être travailler sur la longueur, en abaissant la limite de 2h à 1h30. Cela équivaut à supprimer de 0 à 25 minutes de course en fonction des tracés, pour avoir des courses plus concentrées et réduire les ventres mous qu’on peut avoir.

Skani

Vendredi :

  • EL1 : 7h12-7h45
  • EL2 : 18h45-20h45

Les libres, c’est cool, mais c’est mieux si on peut les regarder. Alors devant mon bol de Chocapic au beaujolais, je pourrais en profiter le vendredi matin, et le soir avant la première affiche de TOP14. Pour le samedi matin je n’ai jamais rien à faire, ou alors rien de passionnant, des trucs à base d’aspirateurs ou de paniers à linge sale, alors autant le faire avec un fond sonore agréable.

Samedi :

  • EL3 : 8h00-12h00
  • Qualifications : 13h10-14h10

La qualif de 13:10 à 14:10, juste avant la 2ème affiche de TOP14. Pour le dimanche, je milite pour le retour des warm up, s’échauffer c’est important. Enfin la course commencerait à 13:30, parce que c’est toujours trop long d’attendre 14:00.

Pour le format des séances en elle-même : je reviendrais aux qualifs à 1 tour du temps de Montoya.

Dimanche :

  • Warm-up : 10h00-11h00
  • Course inchangée : 13h30 (305/310 km)

Pour la course je rallongerais le GP de Monaco qui a une distance de course plus courte que les autres actuellement. Départ à 13h30, parce que c’est toujours trop long d’attendre 14h00

Victor

Vendredi :

  • EL1 : 10h00-11h30
  • EL2 : 14h00-15h30

Je trouve que le format 2 fois 1h30 le vendredi ainsi qu’1h le samedi matin est un juste milieu qui permet de rouler, développer la voiture mais aussi préparer le week-end efficacement. C’est ni trop, ni pas assez.

Samedi :

  • EL3 : 11h00-12h00
  • Qualifications : 14h00-15h00

Depuis que je suis la F1 je n’ai connu que le système Q1/Q2/Q3. Et je dois avouer que je l’aime bien. Il y avait toujours la place (ou les places) du (des) « guignols » en Q1 qui apportait un peu d’intérêt à cette dernière plutôt que la seule élimination des « nouvelles écuries » qu’étaient HRT, Caterham et Marussia. Et  ça hiérarchisait bien la grille en termes d’objectifs pour toutes les équipes.
Une grosse limite, mais cela ne relève pas du planning du week-end, c’est l’allocation de pneus. Si on s’est ennuyé pendant des qualifs c’était souvent à cause de ça.
Ah si, une autre limite, j’ai des souvenirs de pilotes RedBull qui descendaient de leur voiture 5 minutes avant la fin de la Q3 en 2011, et c’est ce qu’essaie de combattre le nouveau système de qualifications

Dimanche :

  • Course : 14h00 (305/310 km ou presque)

Il faudrait rajouter un nombre de tours compris entre 1 et 3, de manière aléatoire, annoncé au moment où le leader passe la ligne de l’avant dernier tour. Cela pourrait prolonger quelques batailles de fin de courses que l’on a souvent vues écourtées par le drapeau à damier !

Et vous, quel est votre format de week-end idéal ? Quel est celui que vous préférez ?

7 Comments

Répondre à Quentin Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.