Débitmètre, Bruit, Hotelgate : l’info en vrac avant Sepang

Le SAV
Le SAV
Débitmètre, Bruit, Hotelgate : l'info en vrac avant Sepang
/

L’équipe du SAV de la F1 est revenue sur l’actualité de la Formule 1 avant le début du Grand Prix de Malaisie 2014, et notamment sur les suites de la disqualification de Daniel Ricciardo en Australie pour surconsommation d’essence.

Débitmètre : l’appel étudié le 14 avril, Red Bull menace et prépare sa défense

Suite à la disqualification de Daniel Ricciardo du Grand Prix d’Australie 2014 pour cause de débit d’essence trop élevé, Red Bull a fait appel de cette décision. La FIA a donc annoncé que sa Cour d’Appel Internationale se réunira le 14 avril prochain dans ses locaux parisiens, place de la Concorde.

En attendant, Red Bull n’a pas laissé retomber le soufflé en dévoilant les grandes lignes de sa défense. Interrogé par Sky Sports, Christian Horner se montre confiant : « Nous faisons appel parce que nous ne croyons pas, nous en sommes extrêmement confiants, que nous ayons enfreint les règles, que nous ayons dépassé le débit de 100 kg/h d’essence que peut utiliser le moteur. C’est la raison de notre appel, nous pensons que nous avons un dossier fort, et il reviendra à la Cour d’Appel de trancher. »

Selon le directeur de l’écurie autrichienne, le débitmètre fourni par Gill Sensors est au centre de l’affaire : « Je pense que tout le différend dépend de quelle mesure est correcte. Nous avons un capteur qui dévie et qui ne mesure pas correctement, contre une rampe d’injection qui est calibrée et dont nous savons qu’elle n’a pas varié de tout le week-end et qu’elle a par la suite été vérifiée et déclarée fonctionnelle et constante depuis qu’elle a été installée sur la voiture avant le week-end. Notre argument est très simple : nous n’avons pas enfreint le Règlement Technique. Nous n’avons pas excédé le débit limite et le capteur, nous espérons le démontrer pendant l’appel, est erroné. »

Interrogé sur la directive technique, que Red Bull n’a pas respectée, qui permet de déclarer défaillant un capteur et de mettre en place une procédure de secours pour calculer le débit d’essence, Horner passe à l’offensive : « Je pense que le problème avec la Directive Technique est le même que dans l’affaire Pirelli ou avec le double diffuseur, c’est que la directive, comme c’est désormais indiqué en bas du document, est l’opinion du Délégué Technique [Jo Bauer, sous la responsabilité de Charlie Whiting, ndlr] : ce n’est pas une règle, ce n’est pas réglementaire, c’est purement une opinion. Nous sommes contraints de respecter les Règlements Technique et Sportif. L’article 5.1.4 du Règlement Technique dit que nous ne pouvez pas excéder 100 kg/h de débit d’essence : nous ne l’avons pas fait. Par conséquent, notre avis est que nous n’avons pas enfreint les règles et que les Directives Techniques n’ont pas de valeur réglementaire. »

Auparavant, c’est Dietrich Mateschitz lui-même, propriétaire de l’empire Red Bull, qui avait réagi dans le quotidien autrichien Kurier en rappelant fort à propos que son entreprise pouvait se retirer de la F1 si certaines limites venaient à être franchies : « [Partir] ne serait pas tant pour des raisons économiques, mais cela aurait un rapport avec l’équité sportive, l’influence politique, etc. [Ce genre de choses] s’est déjà produit par le passé. Il y a pour notre part une ligne très claire de ce que nous pouvons accepter à ce sujet. »

Rappelons tout de même que Red Bull est engagée commercialement avec la FOM jusque fin 2020.

Jean Todt prêt à faire machine arrière sur le bruit et la quantité d’essence

Jean Todt, le président de la FIA, a accordé une interview à la Rai pour son magazine sportif Dribbling. Interrogé sur le rapport entre la course à l’économie et le manque de dépassements lors du Grand Prix d’Australie, l’ancien directeur de la Scuderia Ferrari a d’abord relativisé : « Ce n’est pas un problème d’essence, mais d’aérodynamique et de circuit. Melbourne, par exemple, n’a jamais été un tracé favorisant les dépassements. Je suis convaincu nous en verrons rapidement. Rosberg et sa Mercedes n’ont rien économisé du tout au niveau du carburant. »

Cela dit, Todt s’est montré ouvert à des changements rapides de règlement, sans toutefois que cela soit fait de manière impulsive ou irréfléchie : « La quantité d’essence autorisée [100 kg, ndlr] est un chiffre qui a été proposé par les participants. Si tout le monde s’accorde sur 110 kg, il n’y a pas de problème. Je ne veux pas transformer la Formule 1 en course à l’économie mais je souhaite qu’elle reste au sommet du sport automobile mondial. J’ai lu que ce serait devenu un sport pour « conducteurs de taxis ». Il faut être prudent et prendre son clame avant de réagir. Il y a tout autour de ce débat une émotion exagérée. Je me souviens qu’après le Grand Prix d’Australie il y a quelques années, il se disait qu’il manquait des dépassements. La course suivante, tout le monde disait le contraire. Alors attendons avant de juger. »

Même son de cloche du côté du bruit, jugé par certains trop faible : « Il est évident que le bruit a changé. Les choix ont été faits et bien faits, avec l’accord de tous. S’il y a un problème sur la sonorité des moteurs, nous trouverons un moyen, si nécessaire, pour ceux qui sont sur les circuits, de rendre les moteurs plus bruyants. Il ne me semble pas que cela se remarque à la télévision. »

Des familles de passagers du vol disparu de Malaysia Airlines déplacées par l’arrivée de Ferrari

De manière inattendue, la disparition du vol 370 de Malaysia Airlines a fait une incursion dans l’actualité de la F1. NBC News a en effet révélé que la tenue du Grand Prix de Malaisie avait eu un impact sur certaines familles de passagers, qui ont été déplacées par l’arrivée sur place du F1 Circus, l’aéroport de Kuala Lumpur étant situé juste à côté du circuit de Sepang.

Ainsi, l’hôtel Cyberview a décidé d’honorer les réservations de Ferrari, réalisées longtemps en avance, en provoquant la relocalisation de plus d’une douzaine de familles de passagers chinois dans d’autres hôtels, opération prise en charge par la compagnie aérienne. Une décision controversée, mais dans laquelle Ferrari, qui a pourtant refusé de commenter, n’est pas impliquée, contrairement à ce que titraient certains sites.

Bernie Ecclestone a réagi auprès de NBC News en soulignant la position compliquée de l’hötel dans cette situation : « Je me sens terriblement, terriblement désolé pour ces gens. Mais c’est l’hôtel qui décide. Qu’est-ce qui arriverait si vous deviez dire à quelqu’un qui n’a plus de réservation ? Vous seriez attaqué en justice, j’imagine. Si vous aviez une réservation à un hôtel, que seriez-vous supposé faire ? »

L’équipe du SAV de la F1 est donc revenue sur ces informations principales, ainsi que sur les suivantes :

  • Le boycott du Grand Prix de Russie a été évoqué lors d’une réunion de l’UE suite à l’annexion de la Crimée ;
  • Charlie Whiting évoque des exceptions à la règle définissant les limites de la piste ;
  • Le partenariat industriel Renault-Caterham s’arrête avant d’avoir commencé ;
  • Stefan GP retire sa candidature pour 2015.
3 Comments

Répondre à Vek Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.