Conseil Mondial, Commission Européenne, Transferts : le SAV de l’actu F1, en podcast

Le SAV
Le SAV
Conseil Mondial, Commission Européenne, Transferts : le SAV de l’actu F1, en podcast
/

L’équipe du SAV de la F1 revient, en podcast, sur l’actualité F1 des trois dernières semaines et notamment sur les décisions rendues par le Conseil Mondial du Sport Automobile. Voici le programme de cette retransmission.

L’automne est là et, comme les feuilles mortes, les actus se ramassent à la pelle, les journées raccourcissent mais les dossiers s’étirent, les sanglots longs des violons bercent nos chroniqueurs de longues heures au microphone. Et forcément, à la pelle et à l’appel, nos chroniqueurs du jour, Gusgus, Buchor, Fab et Skani, reviennent sur les informations suivantes :

Conseil Mondial. Comme tous les trois mois, l’instance qui valide chaque changement de règlement FIA s’est réunie, cette fois dans les locaux parisiens de la Fédération. L’occasion de dévoiler une nouvelle mouture du calendrier 2016, débutant le 20 mars à Melbourne, mettant face à face la manche de Bakou et les 24 Heures du Mans 8 jours après le Canada. La réunion a également accouché sur de multiples ajustements mineurs, notamment en matière de sécurité lors des essais privés, de limites de la piste et d’application des pénalités en cas de changement de moteur ou de boîte. En outre, 2016 verra l’introduction obligatoire d’un deuxième pot d’échappement par où seront rejetés les gaz qui court-circuitent la turbine, ce qui devrait augmenter le volume sonore des moteurs. Enfin, certaines décisions validées par le Groupe stratégique, telles que les prix plafond des moteurs et des transmissions, l’interdiction des souffleries ou le choix d’une des deux qualités de gomme par les écuries, ont brillé par leur absence.

Union Européenne. Les écuries Sauber et Force India ont décidé de saisir la Commission Européenne afin qu’elle procède à une enquête sur le fonctionnement de la Formule 1 et notamment dans son aspect potentiellement anticoncurrentiel. En cause à la fois le système de redistribution des revenus issus des droits commerciaux qui favorise les écuries historiques et/ou majeures (Ferrari, Red Bull, Mercedes, McLaren et Williams) et le système de gouvernance, au sein du Groupe stratégique de la F1, où des décisions concernant les règlements de la discipline sont prises par un groupe réduit de structures, là encore les plus huppées. Au terme de l’investigation de la Commission, des mesures pourraient être prises dans le but de modifier le système et de sanctionner les comportements nuisant à la concurrence.

Transferts. De transfert, il n’est point question du côté de Force India et de McLaren. Pour les premiers, sans réelle surprise, le choix a été de conserver Sergio Pérez, son coup de volant, et ses sponsors mexicains. Pour les seconds, en revanche, la décision a eu de quoi surprendre puisque Jenson Button rempilera en 2016, pour une septième saison du côté de Woking, laissant de côté les espoirs Magnussen et Vandoorne. En revanche, Romain Grosjean va voyager puisqu’il quittera Lotus pour Haas. Le Franco-Suisse a en effet été présenté par Gene Haas et Gunther Steiner lors d’une conférence de presse à Kannapolis, en attendant le second pilote de la structure américaine. Le second pilote Lotus, quant à lui, qui aura la lourde charge d’épauler Pastor Maldonado, n’est pas encore connu même si Federico Gastaldi assure que son équipe dispose d’options « séduisantes« .

Pneus. Pirelli commencerait-elle à faire marche arrière concernant son engagement en F1 ? La question est posée après les déclarations de Paul Hembery, son directeur de la compétition, indiquant que le manufacturer italien pourrait considérer un départ si Red Bull et ses deux écuries quittent la discipline. Des propos qui sont à inscrire dans un contexte voyant Michelin s’activer en coulisse et sur le devant de la scène pour séduire les écuries – qui doutent des capacités de Pirelli à fournir des pneus de qualité – et expliquer sa démarche en matière de gommes, ce qui semble donner à l’entreprise française plus de chances dans l’appel d’offres qu’initialement prévu.

Manor. Un an après le tragique accident de Jules Bianchi, sa mise en redressement judiciaire et sa quasi-disparition du paddock, la structure britannique a annoncé que ses monoplaces 2016 seraient propulsées par un bloc V6 turbo hybride Mercedes à partir de la saison prochaine et équipées d’une boîte de vitesses, d’une transmission et de suspensions signées Williams.

Finances. Après une saison 2014 faste qui a vu Mercedes revenir au sommet de la discipline reine, 60 ans après sa seule période de domination, les comptes de l’écurie demeurent dans le négatif, avec une perte de plus de 100 millions d’euros la saison passée, la faute notamment aux coûts du bloc V6 turbo hybride mais aussi à l’augmentation de la masse salariale et des bonus liés aux performances, non compensés par la hausse des revenus liés aux nouveaux sponsors et aux primes issues des droits commerciaux. Dans le même temps, McLaren a annoncé l’arrivée d’un nouveau partenaire « excitant » : l’entreprise française spécialisée dans les vins et les spiritueux Chandon, marque de Moët Hennessy, issue du groupe LVMH, dont le logo sera présent en gros sur la voiture – sur les côtés de la cellule de survie – et les combinaisons des pilotes.

Outre ces actualités, vous retrouverez dans cette émission les rubriques suivantes :
– Notre jeu parmi un de nos formats, que même Robert Badinter n’oserait défendre ! ;
– Notre sélection de citations ;
– Pas de nouveau sondage, mais vous pouvez toujours répondre au précédent ci-dessous.

Après Renault, Ferrari et Mercedes, à quoi va pouvoir bientôt se comparer le moteur Honda ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Bonne écoute !

Cette émission a été enregistrée le lundi 5 octobre à partir de 20h45.

3 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.