Japon 2015 – Le Top/Flop des Essais Libres

Avant les qualifications et notre podcast en direct ce samedi, à 20h30, voici les tops et les flops des Essais Libres du Grand Prix du Japon 2015.

Les Tops

La bonne volonté générale. En voyant la météo ce vendredi matin, beaucoup, moi y compris, prévoyaient qu’ils allaient s’ennuyer encore plus que d’habitude – soyons honnêtes, les essais libres sont en temps normal très rarement passionnants. Le résultat n’est pas mirifique, mais se situe bien au-delà des mes espérances. Alors qu’on avait pu assister à des séances entièrement escamotées (comme le paroxysme atteint lors des EL2 du Grand Prix de Belgique 2012), les pilotes et les écuries ont assuré un roulage conséquent par rapport à la moyenne du genre. À ce petit jeu-là, Ferrari s’est montrée la plus assidue, les deux SF15-T se partageant équitablement leurs 62 tours de roulage combiné. Au fond de ce classement officieux, on retrouve Manor et Lotus, dont on sait qu’elles ne peuvent pas se permettre de casse, mais qui ont tout de même joué le jeu avec respectivement 20 et 15 boucles. Relativisons tout de même : il y a quelques 35% de chances d’averses lors de la course dimanche à 14 heures locales selon The Weather Channel, d’où un certain besoin de prendre des repères.

Les pilotes Red Bull et Toro Rosso. Sous la pluie ou sur le sec, en pneus Durs ou en Médiums, en simulation de course ou de qualifications, les quatre jeunes pilotes du giron Red Bull ont envoyé gros gaz quelles qu’aient été les conditions. Cela s’est d’ailleurs un peu trop senti pour Daniil Kvyat, piégé deux fois dans Degner 2 ce samedi. Les monoplaces bleues ont en tout cas monopolisé la tête du classement sous la pluie le vendredi, montrant l’efficacité de la filière à laquelle ils appartiennent et qui aujourd’hui a formé le quart du plateau – une part qui augmentera encore si jamais Jean-Eric Vergne faisait son retour l’an prochain. Pour les pilotes Red Bull, il y a aussi le bonus, tout relatif au vu de la variété des programmes encore plus prononcée que d’habitude, de la comparaison avec les Mercedes en EL3, 5 dixièmes devant « seulement » et ayant signé leur meilleur temps plus tard dans la séance, donc sur une piste plus gommée. Nous ne sommes pas dans les réservoirs, mais nous sur surveillerons cela en qualification.

Les Flops

Maldonado. Énième « Pastorette » pour le Vénézuélien, cette fois dans le virage 2 lors de la séance de vendredi après midi : le porteur du numéro 13 était pour la troisième fois de sa carrière trop concentré sur son tableau de bord pour garder sa monoplace sur la piste, la dirigeant piteusement dans la pelouse comme en Chine et en Belgique l’année dernière. Une erreur grossière qui n’a pas eu de conséquences, et heureusement pour Lotus, qui à l’heure actuelle ne peut pas se permettre de dilapider ses fonds de portefeuille, même si le natif de Maracay en est le principal pourvoyeur. Reste cette désinvolture, réaffirmée régulièrement dans la presse, qui remonte à chaque bourde de manière toujours aussi insupportable quand on sait de quoi il serait capable s’il faisait preuve d’un minimum de sérieux. Pastor Maldonado devrait s’entourer de quelqu’un qui le canalisera, comme a su le faire Lewis Hamilton après 2011, sans quoi l’éventuelle prise de pouvoir de Renault sonnerait sans doute, à plus ou moins long terme, son glas à Enstone.

Mercedes et Ferrari. Les favoris habituels n’ont pas forcément donné de bons signes lors de la seule heure de roulage sur le sec. Chez Mercedes, si l’on a signé les deux meilleurs temps, cela s’est fait plusieurs minutes après les Red Bull, l’écart entre Nico Rosberg et Daniel Ricciardo étant de seulement 5 dixièmes, avec Lewis Hamilton intercalé à 3 dixièmes. Pas forcément de quoi rassurer après Singapour, si ce n’est la comparaison avec les Ferrari. Monoplaces les plus assidues en piste le vendredi, les SF15-T se sont montrées bien plus inquiétantes sur le sec. Incapables de se hisser dans le top 3, à une seconde pleine des Flèches d’Argent et derrière les Williams, malgré des tentatives de tour de qualification bien plus tardives que la concurrence, les monoplaces rouges ont étonné en patientant une dizaine de minutes aux stands en début de séance quand tout le reste du plateau s’empressait d’enfiler les tours. S’il semblait y avoir une alerte du côté de Vettel, Räikkönen était pour sa part sanglé et attendait le signal. Alors, vraie problème de performance, quantité d’essence, ou pneus usés ? Une telle séance devant compacter quatre heures de travail en une est toujours difficile à interpréter.

Les pilotes et les commissaires sportifs. C’est écrit noir sur blanc dans le règlement, et cela a été rappelé aux écuries par écrit ce jeudi dans le point 5 des notes du meeting rendues publiques à chaque manche par la FIA sur son site Web. Et pourtant, rien n’y a fait : tout au long des essais libres, beaucoup de pilotes se sont arrêtés allègrement sur la voie rapide de la ligne des stands, ce qui est strictement interdit, en vue d’effectuer des essais de départ. De plus, en lui-même, le fait de freiner et de réaccélérer sur cette même voie de manière erratique, pour faire chauffer les pneus par exemple, est interdit, ce qui a également été reprécisé dans le même document, en recopiant intégralement l’article du règlement en question. Les pilotes s’en sont pourtant donné à cœur joie, et les commissaires sportifs n’ont pas levé le petit doigt. À quoi servent donc ces rappels si les participants ne les écoutent pas et si les détenteurs du pouvoir sportif ne les font pas suivre d’effet ? Ce n’est pas la première fois cette saison que ces derniers font preuve de laxisme en matière de sécurité vis à vis de certains comportements, loin s’en faut. Va-t-on un jour faire respecter une bonne fois pour toutes ces règles vitales ?

Le drainage. La FIA annonçait fièrement ce jeudi que le drainage de circuit de Suzuka avait été revu en nombre d’endroits suite à l’édition 2014 et aux circonstances que l’on sait. Les deux séances du vendredi ont permis de tester l’efficacité des nouveaux équipements, avec un résultat mitigé. Si le tristement célèbre virage 7 n’a pas semblé poser problème contrairement à la fin du dernier Grand Prix où plusieurs rivières s’étaient formées, il reste des aires d’amélioration. De l’eau ruisselait en plusieurs points du circuit, notamment en sortie du virage 2 ou en plein milieu du virage 12, la courbe longue et légère liant l’Épingle et Spoon. Mais surtout, il y avait une imposante flaque à l’intérieur du 130R, terrible virage qui, bien que reprofilé en 2002, a connu bien des accidents terribles, dont celui du pilote MotoGP Daijiro Kato. Saluons l’effort qui a été fait mais poussons pour qu’il soit poursuivi.

Les Essais Libres en chiffres

EL1

Classement des essais libres 1

PPiloteÉcurieTempsÉcartTours
155SainzToro Rosso1:49.43410
226KvyatRed Bull1:49.9380.5047
36RosbergMercedes1:50.0770.64314
45VettelFerrari1:50.5191.08512
544HamiltonMercedes1:50.7221.2886
633VerstappenToro Rosso1:50.9401.50610
77RäikkönenFerrari1:51.2121.77815
819MassaWilliams1:52.2882.85412
99EricssonSauber1:53.8204.38612
1077BottasWilliams1:53.9644.53014
1112NasrSauber1:54.0134.5799
1222ButtonMcLaren1:55.6786.2446
133RicciardoRed BullPas de temps1
1427HülkenbergForce IndiaPas de temps4
1511PérezForce IndiaPas de temps3
1614AlonsoMcLarenPas de temps5
1713MaldonadoLotusPas de temps1
1830PalmerLotusPas de temps1
1928StevensManorPas de temps3
2053RossiManorPas de temps4
EL2

Classement des essais libres 2

PPiloteÉcurieTempsÉcartTours
126KvyatRed Bull1:48.2776
26RosbergMercedes1:48.30000.0238
344HamiltonMercedes1:48.85300.5768
43RicciardoRed Bull1:49.09700.82010
55VettelFerrari1:50.26801.99119
67RäikkönenFerrari1:50.31902.04216
755SainzToro Rosso1:50.41802.1416
833VerstappenToro Rosso1:50.54202.2655
912NasrSauber1:50.96802.69110
1013MaldonadoLotus1:51.55703.2807
1127HülkenbergForce India1:51.67403.39711
1222ButtonMcLaren1:51.86103.5849
139EricssonSauber1:51.93403.65712
1411PérezForce India1:52.07003.7938
158GrosjeanLotus1:52.53404.2576
1619MassaWilliams1:52.76504.4886
1714AlonsoMcLaren1:55.23906.96210
1828StevensManor1:58.05909.7826
1953RossiManor1:59.41911.1427
2077BottasWilliamsPas de temps0
EL3

Classement des essais libres 3

PPiloteÉcurieTempsÉcartTours
16RosbergMercedes1:33.99519
244HamiltonMercedes1:34.2920.29720
33RicciardoRed Bull1:34.4970.50222
477BottasWilliams1:34.7970.80227
519MassaWilliams1:34.9340.93925
67RäikkönenFerrari1:35.0821.08716
733VerstappenToro Rosso1:35.1601.16526
85VettelFerrari1:35.2221.22716
98GrosjeanLotus1:35.6021.60720
1055SainzToro Rosso1:35.9631.96829
1127HülkenbergForce India1:36.1102.11519
1222ButtonMcLaren1:36.1742.17915
139EricssonSauber1:36.1992.20419
1426KvyatRed Bull1:36.2942.29923
1513MaldonadoLotus1:36.3072.31221
1614AlonsoMcLaren1:36.3602.36518
1711PérezForce India1:36.4302.43521
1812NasrSauber1:36.9192.92424
1928StevensManor1:39.6535.65824
2053RossiManor1:39.8195.82422
Bilan

Bilan des essais libres

NomMoy.EL1EL2EL3Tours
Alonso16.3Pas de temps1:55.2391:36.36033
Bottas11.31:53.964Pas de temps1:34.79741
Button12.01:55.6781:51.8611:36.17430
Ericsson11.71:53.8201:51.9341:36.19943
Grosjean12.0X1:52.5341:35.60226
Hamilton3.31:50.7221:48.8531:34.29234
Hülkenberg12.0Pas de temps1:51.6741:36.11034
Kvyat5.71:49.9381:48.2771:36.29436
Maldonado14.0Pas de temps1:51.5571:36.30729
Massa9.71:52.2881:52.7651:34.93443
Nasr12.71:54.0131:50.9681:36.91943
Palmer18.0Pas de tempsXX1
Pérez15.3Pas de temps1:52.0701:36.43032
Räikkönen6.31:51.2121:50.3191:35.08247
Ricciardo6.7Pas de temps1:49.0971:34.49733
Rosberg2.01:50.0771:48.3001:33.99541
Rossi19.7Pas de temps1:59.4191:39.81933
Sainz6.01:49.4341:50.4181:35.96345
Stevens18.7Pas de temps1:58.0591:39.65333
Verstappen7.01:50.9401:50.5421:35.16041
Vettel5.71:50.5191:50.2681:35.22247

Retrouvez-nous ce soir, dès 20h30, pour une émission qui reviendra, en direct, sur les Essais Libres et les qualifications du Grand Prix du Japon 2015.

3 Comments

Répondre à Gusgus Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.